CurrentVolume   Lifestyle   Archives   About-Us   Landing-Page   A-propos-de-nous


Interview


FOR THE LOVE OF PHO




A discussion with Julie Tran



Written by Viet Tran and The Sticky Rice Team
Translation Ange Guo
Friday, September 11, 2020













Over the past week, the local Vietnamese community took issue with the controversial Pho King Bon restaurant, when the owner decided to use Quebecer slang words and sexually explicit puns to name the various Vietnamese dishes on its menu.


Over the next few days, one could follow the online exchanges between the restaurant owner and the online community who condemned the disrespectful attitude towards the Vietnamese people. Screenshots of him dismissing the validity of the complaints and defending that he did not have any racist intention behind his marketing plan circulated on the personal pages of my Facebook friends, as well as in Asian anti-racist pages. Among defensive arguments that were made, he stated that he had consulted other women, including a “feminist friend”. Over 6,000 names were then signed to support a petition that called for a change in the restaurant’s menu. On Monday, September 7th, an official public apology was made and future changes to the menu were announced, but the backlash has not subsided.




“Viet Kong”, a wordplay on “Việt Cộng”—the soldiers who fought for the Vietnamese communist National Liberation Army and who were largely responsible for the massacre of the South Vietnamese people—was used to name a cocktail that used Japanese whiskey in its mix. Amongst other vulgar puns, “Bun Thit Nuong”, explicitly clarified in the menu as being pronounced “Bonne Tite Noune”—or “Good Small Vagina” in Quebecer slang—was used to describe another vermicelli dish.



It would be easy to dismiss this story as a distasteful trivial matter resulting from globalization, but I was inspired by the local mobilization that it triggered. It served as one piece of a larger, recent movement calling out the severe lack of consideration from White-owned restaurants in Montreal, namely Montreal Plaza and Le Mousso, who all made headlines for issues around food cultural appropriation, in addition to the now infamous Pho King Bon.


My parents never taught me to denounce racism growing up. It was felt to be something that had to be tolerated, a normal occurrence to expect, but not to react to. They had other things to worry about — my dad remembers first landing onto a cold white landscape as a teenager after fleeing the Vietnam war and anticipating just how much adapting he would have to do. Many children were told to keep their heads down and to not make waves, but the tides are slowly shifting.


To discuss the subject and validate the outrage felt by the Vietnamese community during this scandal, I decided to meet with Julie Tran, a woman who speaks with determination when she publicly addresses issues that touch marginalized people. The self-proclaimed Asian feminist was recently selected to be part of the community-led “Programme de leadership au pluriel”, a project that aims to train BIPOC leaders. Equipped with her bright smile, she strives to give a louder voice to the Asian community in social activism movements and to advocate against sexual violence committed towards Asian women.

In our conversation, we addressed different topics from cultural appropriation to the sexual fetishization of Asian women. We both knew that this kind of situation was not new for either of us. It echoed the ching chongs and the ling lings that we all heard growing up — a stark reminder of the West’s attempts to humiliate and parody Asian cultures for the sake of its amusement. But I believe that the sharpness in her answers showed how we both knew that we now had a bigger opportunity to pass a message.





01/


Viet: Thank you so much for your work and for taking the time to have this important talk with me. To start with, how do you understand the recent surge of public denunciation that happened in the course of the Pho King Bon restaurant scandal?

Julie: People rightfully wanted to start a dialogue with the owner. First and foremost, there was the use of the term Viet Kong, a distasteful wordplay relating to war trauma. Many Vietnamese people who immigrated to Quebec are war refugees that came in boats, or they are the descendants of these boat people. Using terms that directly allude to this war under the pretense of a joke is a way of mocking the history of these Vietnamese people. The owner said that he wanted to create strong reactions. Well, he succeeded in provoking an entire community but also notably the Quebec Office of the French Language, as well as women.




02/

V: He also mentions that his marketing plan had garnered support and approval from multiple people before opening. I can’t help but draw parallels with the insidious racism that young Asians go through in the form of bullying related to their names and their slanted eyes, amongst other things. It seems like this sort of humour is trivialized in our society.

J: The fact that we can make these kinds of derogatory jokes and that they are still deemed acceptable in many people’s eyes says a lot about where we are as a society. We have to think about the degree to which we are willing to tolerate this kind of humour. Customers asked for more, according to him. He even says that people of Vietnamese origins approved of it. How did that come about? Was it in exchange for a sense of belonging or was it a manifestation of internalized racism? As people of colour, we often create defense mechanisms for ourselves. We don’t have enough of an outlet to express our life experiences. 

03/

V: You mentioned that amongst those who were offended, women were particularly affected. When you read ‘‘Bonne Tite Noune’’ (Quebecer slang for ‘‘Good Small Vagina’’), one can’t help but think of the stereotypes associated with Asian women.

J: Indeed, “Bonne Tite Noune” means “Good Small Vagina”. This type of language promotes the stereotyping of Asian women — people will often say that they have small tight vaginas, which is supposedly sexually desirable. That encourages sexual violence. Asian women are constantly being sexually fetishized. We’re victims of sexual harassment because, in the collective imagination, we don’t make any noise, we’re more submissive. Historically, our bodies have also been sexualized—we are the China dolls, the geishas, sexual objects, making us interchangeable. We are not recognized as individuals.



04/

V: The owner speaks of appreciation for Vietnamese culture in his explanations and excuses. While respect is one of our fundamental values, he completely disregarded it in the way he describes the meals, not to mention his reactions on social media. In your opinion, how can a restaurant owner ensure that they are inspiring themselves from our culture in a respectful way?

J: Vietnamese restaurants are places where families gather. It’s an opportunity to have a good time with kids, amongst other things. We sometimes talk about our history and our traditions. Politeness is always at the forefront and we have a lot of respect for our elders. Making vulgar misogynistic jokes on the menu is quite far from respecting our values. He could’ve made the effort to integrate more joyful and appropriate puns for families. It’s also best to avoid mixing foods from different cultures. When the menu becomes a melting pot full of Asian cultures, it drives the idea that people with Oriental origins are all the same.

05/

V: Some people seem surprised that Asians have decided to call out this more insidious type of racism, and I wonder if it is due to the expectation that Asians should be ‘‘docile’’ and ‘‘compliant’’. I believe we should normalize this anger, as it has always been there and it is valid.

J: People are afraid of censorship. They’re telling themselves that they can’t say anything anymore when in fact, we’re simply asking to be heard. We also want apologies and societal change. The Vietnamese community is also saying ‘‘that’s enough’’.


06/

V: I think we should also ask that people be more empathetic and respectful. We’re asking them to think before acting. Freedom of expression can coexist with mutual respect—one should not necessarily exclude the other. Do you have any final words to add?

J: I would like to encourage people of Asian origin to call out discrimination when they are faced with it or witness it. I understand that we may trigger a sense of vulnerability or even shame. But we must take these experiences seriously. As best as we can, we have to take down the time, the description of the person we’re accusing, write down what’s been said, and describe the offense. Most often, customer service departments will ensure that it doesn’t happen again. We’re contributing to societal change and it can help us regain a sense of power and control. We are driven because we don’t want it to happen to other people anymore. We also have to find a way to take care of ourselves when we go through racial violence, whether it is by spending time with loved ones or grabbing a drink with our friends. We can also write something or file a complaint. All of these ways of doing are valid, we just have to find what fits us best.
V: Once again, thank you for the work you do.






Finally, I would not feel satisfied if I did not end this article with an explanation on how to properly pronounce the word phở. This comforting meal easily becomes one’s comfort food and is believed to be one of the best cures for a hangover. One has to know, however, that their beloved fragrant noodle soup is not pronounced “faux”, but actually “fuh”. It’s that easy!









Entrevue


POUR L’AMOUR DU PHO



Une discussion avec Julie Tran 



Par Viet Tran et l'équipe de Sticky Rice
Traduction Ange Guo
Le vendredi, 11 septembre, 2020










Au cours de la semaine dernière, la communauté vietnamienne a vivement contesté la stratégie de marketing employée par le propriétaire du restaurant controversé Pho King Bon. Ce dernier a décidé d’utiliser des termes du jargon québécois et des jeux de mots sexuellement explicites pour nommer les différents plats vietnamiens figurant sur son menu.


Durant les jours qui ont suivi, les internautes ont pu être témoins des échanges entre le propriétaire du restaurant et la communauté virtuelle qui a condamné le manque de respect envers les personnes d’origine vietnamienne. Plusieurs captures d’écran ont circulé sur les médias sociaux, dans lesquelles on peut voir le propriétaire contester la validité des plaintes et se défendre d’avoir eu des intentions racistes derrière son plan de marketing. Parmi ses arguments, l’homme au coeur de la controverse a souligné qu’il avait consulté d’autres femmes, incluant une «amie féministe» pour rédiger son menu. Une pétition a vu le jour, demandant au restaurant de changer son menu et plus de 6 000 noms s’y sont ajoutés. Le lundi 7 septembre, des excuses officielles ont été présentées et des changements futurs au menu ont été annoncés. Malgré cela, les vives réactions relevant de cette affaire continuent d’affluer sur les médias sociaux et dans les médias traditionnels.



«Viet Kong», un jeu de mot faisant référence à «Việt Cộng»–un terme qui désigne les soldats qui se sont battus au nom du Front national de libération communiste du Vietnam et qui ont été en grande partie responsables du massacre des Vietnamiens du Sud–a été utilisé afin de nommer un cocktail composé, entre autres, de whisky japonais. Parmi d’autres jeux de mots vulgaires, on retrouve «Bun Thit Nuong», dont la prononciation était explicitement indiquée dans le menu comme «Bonne Tite Noune».



On pourrait facilement percevoir cette histoire comme un cas de mauvais goût banal résultant de la mondialisation, mais j’ai vraiment été inspiré par les efforts de mobilisation locale qui en ont découlé, étant donné que cela s’inscrit dans un plus grand mouvement qui dénonce le manque de considération de la part des restaurants d’inspiration asiatique pris en charge par des propriétaires blancs à Montréal tels que Montreal Plaza et Le Mousso qui ont tous deux fait les manchettes autour de la question de l'appropriation culturelle culinaire aux côtés du restaurant Pho King Bon, désormais rendu tristement célèbre.


En grandissant, mes parents ne m’ont jamais appris à dénoncer le racisme. Je croyais que c’était quelque chose qui devait être toléré, une circonstance «normale» à laquelle il fallait s’attendre sans pourtant y réagir. Ils avaient d’autres soucis à gérer – mon père se souvient de la première fois qu’il a mis les pieds en tant qu’adolescent sur cette terre froide et immaculée après avoir fui la Guerre du Vietnam, anticipant déjà les efforts d’adaptation qu’il devrait entreprendre. On disait souvent à beaucoup d'enfants de garder la tête baissée quand on était confronté à la discrimination et de ne pas déranger, mais les temps ont changé.


Afin d’échanger sur le sujet et de comprendre l’indignation vécue par la communauté vietnamienne durant cette controverse, j’ai décidé de rencontrer Julie Tran, une femme qui parle avec détermination lorsqu’elle adresse publiquement les problématiques qui touchent les personnes marginalisées. La féministe asiatique auto-proclamée a récemment été sélectionnée pour faire partie du «Programme de leadership au pluriel», un projet communautaire qui vise à former des leaders BIPOC. Munie d’un sourire rayonnant, elle cherche à amplifier la voix de la communauté asiatique dans les mouvements de militantisme social, de même que de se prononcer contre la violence sexuelle commise envers les femmes asiatiques.



Lors de notre conversation, nous avons adressé plusieurs sujets allant de l’appropriation culturelle jusqu’à la fétichisation sexuelle des femmes asiatiques. Nous savions tous les deux que ce genre de situation n’était pas nouveau. Cela faisait écho aux ching chongs et aux ling lings auxquels nous nous sommes tous heurtés en grandissant – un rappel tranchant des manières dont l’Occident humilie les cultures asiatiques et en fait la parodie pour son propre divertissement. Mais je crois que l’acuité de ses réponses témoigne de notre désir partagé de saisir cette opportunité pour passer un message.






01/


Viet: Merci beaucoup Julie pour ton travail et d’avoir accepté d’entamer cette conversation importante avec moi. Pour commencer, comment perçois-tu la récente vague de dénonciations en lien avec le restaurant Pho King Bon?


Julie: Les gens voulaient avoir un dialogue avec le propriétaire. D’abord il y avait l’utilisation du terme Viet Kong, un jeu de mot déplacé qui re-soulevait des traumas de guerre. Plusieurs Vietnamiens qui ont immigré au Québec sont des réfugiés de guerre venus en bateau, ou sinon ils sont les descendants de ces boat people. Utiliser des termes qui font allusion à cette guerre en guise de blague, c’est rire de l’histoire des Vietnamiens. Le propriétaire dit avoir voulu être provocateur. Eh bien, il a réussi à provoquer pas seulement toute une communauté, mais aussi l’Office de la langue française et les femmes.



02/


V: Il mentionne avoir reçu du soutien dans son plan de marketing qui a été approuvé par plusieurs gens. Je ne peux pas m’empêcher de faire des parallèles avec le racisme insidieux que vivent de jeunes Asiatiques subissant de l’intimidation par rapport à leurs prénoms et leurs yeux bridés, entre autres. On dirait qu’en quelque sorte, ce genre d’humour est banalisé dans notre société.

J: Le fait qu’on fait des blagues dénigrantes et que ça soit encore acceptable pour plusieurs, ça nous donne une bonne idée sur où est-ce qu’on est rendus comme société. Il faut réfléchir à notre degré de tolérance pour ce genre d’humour. Le propriétaire du restaurant a reçu le feu vert pour son projet et des clients en ont demandé plus, selon lui. Il dit même que des amis d’origine vietnamienne ont approuvé de son projet. Comment ça s’est fait? Était-ce fait en échange pour un sentiment d’appartenance ou du racisme internalisé? On se crée souvent des mécanismes de défense en tant que personnes racisées, notamment en laissant passer des commentaires dénigrants. Notre vécu n’est pas assez exprimé.


03/

V: Tu avais mentionné que parmi les gens qui ont été offensés, il y avait aussi des femmes. En lisant «Bonne Tite Noune», on ne peut s’empêcher que de penser aux stéréotypes associés à la femme asiatique.

J: En effet, «Bonne Tite Noune» veut dire «bon petit vagin». Ce genre de langage participe au stéréotypage des femmes asiatiques – on va souvent dire qu’elles ont des vagins serrés, ce qui serait sexuellement désirable. En bout de ligne, ça encourage la violence sexuelle. Les femmes asiatiques se font constamment fétichiser sexuellement. On est victime d’harcèlement sexuel car dans l’imaginaire collectif, on ne fait pas de bruit, on est plus soumises. Et historiquement, nos corps ont aussi été sexualisés - nous sommes les china dolls, les geishas, des objets sexuels, ce qui nous rend interchangeables. On n’est plus reconnues comme des individus.

04/

V: Le propriétaire parle d’appréciation pour la culture vietnamienne dans ses justifications et ses excuses. Le respect est une de nos valeurs fondamentales. Comment penses-tu qu’un restaurant pourrait s’inspirer de notre culture tout en mieux la respectant?

J: Le restaurant vietnamien est un lieu de rassemblement pour la famille. C’est un moment pour rattraper le bon temps avec des enfants, entre autres. On parle parfois de notre histoire, de nos coutumes. La politesse est toujours de mise et on a beaucoup de respect envers les aînés. Faire des blagues vulgaires envers les femmes dans le menu est assez loin du respect de nos valeurs. Il aurait pu faire un effort pour mettre des jeux de mots plus joyeux et appropriés pour les familles, par exemple. On peut aussi essayer d’éviter de faire des amalgames de nourriture. Quand le menu devient un melting pot de plein de cultures asiatiques, ça communique l’idée que toutes les personnes ayant des origines de l’Orient sont pareilles.

05/

V: Il y a des gens qui semblent être surpris que des Asiatiques décident de dénoncer ce genre de racisme plus insidieux et je me demande si ce n’est pas en raison du stéréotype que les Asiatiques soient «dociles» et «conciliants». Il me semble qu’il faut normaliser cette colère, car elle a toujours été là et elle est valide.

J: Les gens ont peur de la censure. Ils se disent qu’on ne peut plus rien dire. Alors que ce qu’on demande c’est d'être entendu. On veut aussi voir des excuses et du changement sociétal. La communauté vietnamienne dit aussi que «ça suffit».



06/

V: Je pense qu’on demande aussi que les gens soient plus empathiques et respectueux. On leur demande de penser avant d’agir. La liberté d’expression peut exister avec le respect des autres - l’un ne devrait pas nécessairement diminuer l’autre. As-tu des derniers mots pour conclure cette discussion importante?

J: J’aimerais encourager les personnes d’origine asiatique à aller dénoncer la discrimination lorsqu’ils la vivent ou lorsqu’ils en sont témoins. Je comprends qu’on peut vivre un sentiment de susceptibilité, même de honte ou de gêne. Mais il faut prendre ces expériences au sérieux. Du mieux qu’on peut, il faut prendre en note l’heure, la description de la personne accusée, écrire ce qui a été dit et décrire l’offense. La plupart des services à la clientèle vont s’assurer que ça ne se reproduise pas. On contribue à amener un changement à la société et ça peut nous donner un sentiment de retour au pouvoir. On fait ça avec conviction, car on ne veut plus que ça arrive à d’autres personnes. Il faut aussi se trouver une façon de prendre soin de nous-même lorsqu’on vit de la violence raciale, que ce soit d’être avec nos proches, autour d’un verre avec des amis. On peut aussi écrire un texte ou porter plainte. Toutes ces manières sont valides, il faut juste trouver sa manière. 
V: Encore une fois, merci pour tout ton travail. 





Pour conclure cette discussion sur une note plus légère, j’aimerais terminer cet article avec une explication pour prononcer le mot phở correctement. Ce mets chaleureux peut facilement devenir un plat de réconfort et on dit que c’est l’une des meilleures solutions pour guérir un lendemain de veille. La prononciation de cette merveilleuse soupe aux nouilles forte d’arômes délicieux n’est pas «faux», mais plutôt «fuh». Oui, c’est aussi simple que cela.












FOLLOW US ON

Instagram
Facebook
WRITE TO US

GENERAL INQUIRY


All rights reserved ©